Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Arrosage automatique selon station météo
#1
Bonjour

A votre connaissance existe t il un système knx d'arrosage automatique selon station méteo ? Genre on définit nombre de jours sans pluie, et selon température => déclenchement arrosage avec le summum un paramètre supplémentaire de taux d'humidité en cas de prévisions défaillantes ?

Merci
Répondre
#2
Pas à ma connaissance .... j'ai cherché justement une station pour remplacer la HUNTER actuellement en place mais je n'ai rien trouvé de tout prêt.

Après on peut en monter une soi-même en pilotant les EV 24V par un actionneur TOR, et réguler le tout avec des sondes d'hygrométrie et une série de rules sur un superviseur style knxweb.

N'importe comment le coût serait démesuré par rapport à une centrale rainbird ou hunter (voir cet ancien post)

EDIT : Une centrale Rain Bird 8 zones coûte moins de 60€ soit le tiers du prix d'une sonde d'hygrométrie et chez Hunter il faut compter une centaine d'euros pour une 6 stations pouvant ensuite être upgradée jusqu'à 16 stations
Le perfectionnement de soi et l'accession à sa légende personnelle passe obligatoirement par le partage de son savoir et de son expérience avec les profanes en demande d'initiation. (R. Bach)
Répondre
#3
Via un module programmable permettant de faire de la logique ca doit être possible.
Sinon via un automate style WAGO que tu metterais en place sur le réseau KNX ca le fait sans aucun problème, mais bon cette solution est un peu plus hard a mettre en place car ca necessite de la programmation sur l'automate.
Je gère par exemple de cette façon mes apport solaire via mes VR actuellement.

D'autre diront peu etre que via un Superviseur et des scénario ca doit le faire ...
KNX Partner Base / Avancé
Répondre
#4
Ok dommage Wink Merci. J'en resterai à l'hygrométrie et à la programmation régulière qui ne se fera pas si l'hygrométrie est trop importante
Répondre
#5
En Hager:
Sur la station météo tu as une alarme pluie qui alimente un compteur. qui s'incrémente à chaque alarme pluie.
Sur le serveur Domovea, tu crées une séquence qui se déclenche tous les x jours à 14h.
Et qui vérifie l'état du compteur et la température.
Si il est nul et qu'il fait chaud. Tu arroses....
Sinon, la séquence reset le compteur à zéro.
Quelque chose dans le genre...
KNX aficionado

Répondre
#6
Bonjour,

Pour ce que cela intéresse, j'ai fait une gestion de l’arrosage en KNX sur le domaine que nous habitons.

Pourquoi en KNX et non en classique (genre RainBird, Hunter, ou autres marques).

Tout simplement parce que le reseau d'arrossage est constitué d'environ 70 électrovannes (et je ne sais pas combien d'arrosseur et goutte à goutte) et que pour avoir un système centralisé en arrosage classique cela me revenait plus cher que le KNX.

A l'arrivée, en classique et en centralisé, on m'a présenté des devis qui tournaient autours de 10 000 euros hors pose. Pour ce prix, j'avais un logiciel sur mon ordinateur qui centralisé l’arrosage, le réseau de communication, les electrovannes 24V et tout les modules de commandes, une gestion de la pluie mais pas du vent ou de l'humidité.

En KNX, avec une gestion en TOR, une station météo (que j'aurais pris de toute façon), une box domotique (lifedomus que j'avais déja), plus une station netatmo (pour le sens du vent et la pluviometrie), cela m'a couté nettement moins chere avec une totale flexibilité vis à vis des conditions météo et vis à vis des différents scénarios (exemple : reception dans le jardin qui se prolonge tard dans la nuit).

Avec KNX, je n'ai plus une gestion par mois et par programme (souvent limité à la période et sur quelques programmes) mais une complète automatisation de l’arrosage suivant les conditions extérieures et nos conditions de vie.

Quelques exemples :
- Gestion du vent : Ou je suis, nous avons le mistral (sur un axe Ouest --> Est) donc si le vent est au dessus d'une certaine vitesse et vient de l'est, rallonge la durée des secteurs qui arrosent vers l'est et raccourci (ou coupe) ceux qui arrose vers l'ouest. Si tramontagne (est --> ouest) on inverse le raisonnement. Par change pas de nord/Sud ou de Sud/Nord.
- Température et sécheresse, je ne gère pas en fonction de la période mais en fonction de la température. A partir de mars, chaque electrovanne a sa durée pour une température donnée (genre entre 10 et 15 dégrées (10 minutes), entre 15 et 20° = 15 minutes, etc...), luminosité dans la journée, humidité persistante, pluie, vent.
- En Hivers ou en cas d'intervention sur un secteur gérer par une électrovanne, je verrouille que ce réseau.
- Si il pleut et avec juste deux capteurs d'humidités bien placés (un a l'ombre couvert du vent, et l'autre plein soleil et en plein vent), je déclenche les zones nécessaires. De plus et suivant les prévisions (mais pas très fiable dans les faits puisque souvent orageux donc hasardeux) et suivant les données recueillies par la station Netatmo (avec le pluviomètre), le systeme gere la remise en route tout seul.
- Si on rentre en période forage bas (bien que nous ayons pratiquement toujours de l'eau mais des fois à moindre volume, ou en cas de restriction régionale), j'ai un mode éco qui permet de réduire la consommation d'eau et de gérer à l'optimum pour avoir le moins de dégât dans les plantations du jardin le tout en appuyant sur une seule touche. Avant lorsqu'il fallait réduire tout, cela me prenait deux heures.
- Si réception, dans le jardin, on coupe tout en passant en mode réception et il reprend sa programmation lorsque l'on arrête le mode réception.
- Pour une serre, arrosage en fonction de l’hydrométrie, de la température intérieur et extérieur et des besoins, etc...
- Avec un compteur en sortie de forage, et en faisant un parallèle avec la programmation, j'arrive aussi à savoir si il y un problème de fuite/arroseur cassé) (je consomme plus que la normal lors de l’exécution d'un ou plusieurs programmes données) ou je consomme en dehors des programmations autorisées (genre une électrovanne qui se coince et ne s’arrête pas --> donc alerte).
- une gestion du débit de la pompe par rapport au programmation pour ne pas dépasser la capacité de débit des tuyaux et de la pompe (genre programmer les 70 secteurs en même temps) ou être en sous capacité (déclenchement fréquent de la pompe de forage).
- etc....

Et dans l'absolu, une extension de ce système ne me coûte aujourd'hui qu'une sortie Tor et une électrovanne 24V (hors coût tuyau/arroseur) mais surtout me fait gagner beaucoup de temps, permet un arrosage précis après avoir déterminé les besoins, et qui se gère de partout très facilement.
Bref un investissement que je ne regrette pas pour une économie substantiel et surtout un système que je maîtrise.

Maintenant sur un petit jardin, oui l’intérêt est plus limité car souvent le programmateur est à porté de main, si il y a une fuite, on le voit tout de suite, et modifié 5 à 10 de zone ne pose pas de problème de temps. Dans mon cas, l’intérêt est évident.

Il faut aussi savoir que cela demande une étude très précise de l'arrossage de chaque secteur, beaucoup d'observations et de petit ajustements. Mais une fois fait, il n'y avait plus qu'à laisser fonctionner.

De même, je ne dis pas que la programmation avec la box Lifedomus a été évidente mais cela s'est fait dans le temps avec des choses simples au départ (marche/arret) puis de plus en plus complexe (gestion par rapport à la température extérieur, à l'ensoleillement de la journée d'avant, pluie ou non, etc...) puis en dernier les choses absolument pas indispensables mais fun (comme traverser une zone et que le détecteur de mouvement coupe l’arrosage le temps de la traversée). Mon seul regret à l'heure actuelle, que le pluiviometre et l'anemometre avec le sens du vent ne soit pas KNX mais dépendent de la station NetAtmo. Mais si un jour je trouve, cela pourra se mettre en place facilement.

Voila un petit retour d'expérience.

Thierry
Répondre
#7
Tu fais comment pour "récupérer" les données de la netatmo sur la box lifedomus ?
Le perfectionnement de soi et l'accession à sa légende personnelle passe obligatoirement par le partage de son savoir et de son expérience avec les profanes en demande d'initiation. (R. Bach)
Répondre
#8
Bonjour,

Il y a un connecteur (terme pour désigner l'interface Lifedomus avec les protocoles gérer par la Lifedomus) qui est destiné à la NetAtmo.

Elle récupère tout les éléments de la station (pour des info identiques à ce que tu vois sur l'application Iphone NetAtmo) en se connectant dans ton espace NetAtmo. Le problème, c'est que la remontée d'information depuis la netAtmo et le retour vers la LifeDomus est dépendant d'Internet. Et comme j'habite en pleine campagne, même en passant par Satellite et par 4 G pour internet (avec double connection), ben ca peut créer une faille en cas de problème de connection. D’où la recherche d'une solution pure KNX.
Répondre
#9
(07/06/2017, 09:53:24)Octhib a écrit : Le problème, c'est que la remontée d'information depuis la netAtmo et le retour vers la LifeDomus est dépendant d'Internet. Et comme j'habite en pleine campagne, même en passant par Satellite et par 4 G pour internet (avec double connection), ben ca peut créer une faille en cas de problème de connection. D’où la recherche d'une solution pure KNX.

Solution partielle pour toi: la station météo de Jung te donne le sens du vent en KNX.

Elle te dit aussi si il pleut ou non, mais pas la pluviométrie exacte. Après tu peux éventuellement faire une approximation en chronométrant les durées de pluie.
Francois.
KNX, ETS5, module logique, interface homekit
http://fplanque.net/Blog/devblog/domotique/
Répondre
#10
(06/06/2017, 23:45:58)Octhib a écrit : Bonjour,

Pour ce que cela intéresse, j'ai fait une gestion de l’arrosage en KNX sur le domaine que nous habitons.

Pourquoi en KNX et non en classique (genre RainBird, Hunter, ou autres marques).

Tout simplement parce que le reseau d'arrossage est constitué d'environ 70 électrovannes (et je ne sais pas combien d'arrosseur et goutte à goutte) et que pour avoir un système centralisé en arrosage classique cela me revenait plus cher que le KNX.

A l'arrivée, en classique et en centralisé, on m'a présenté des devis qui tournaient autours de 10 000 euros hors pose. Pour ce prix, j'avais un logiciel sur mon ordinateur qui centralisé l’arrosage, le réseau de communication, les electrovannes 24V et tout les modules de commandes, une gestion de la pluie mais pas du vent ou de l'humidité.

En KNX, avec une gestion en TOR, une station météo (que j'aurais pris de toute façon), une box domotique (lifedomus que j'avais déja), plus une station netatmo (pour le sens du vent et la pluviometrie), cela m'a couté nettement moins chere avec une totale flexibilité vis à vis des conditions météo et vis à vis des différents scénarios (exemple : reception dans le jardin qui se prolonge tard dans la nuit).

Avec KNX, je n'ai plus une gestion par mois et par programme (souvent limité à la période et sur quelques programmes) mais une complète automatisation de l’arrosage suivant les conditions extérieures et nos conditions de vie.

Quelques exemples :
- Gestion du vent : Ou je suis, nous avons le mistral (sur un axe Ouest --> Est) donc si le vent est au dessus d'une certaine vitesse et vient de l'est, rallonge la durée des secteurs qui arrosent vers l'est et raccourci (ou coupe) ceux qui arrose vers l'ouest. Si tramontagne (est --> ouest) on inverse le raisonnement. Par change pas de nord/Sud ou de Sud/Nord.
- Température et sécheresse, je ne gère pas en fonction de la période mais en fonction de la température. A partir de mars, chaque electrovanne a sa durée pour une température donnée (genre entre 10 et 15 dégrées (10 minutes), entre 15 et 20° = 15 minutes, etc...), luminosité dans la journée, humidité persistante, pluie, vent.
- En Hivers ou en cas d'intervention sur un secteur gérer par une électrovanne, je verrouille que ce réseau.
- Si il pleut et avec juste deux capteurs d'humidités bien placés (un a l'ombre couvert du vent, et l'autre plein soleil et en plein vent), je déclenche les zones nécessaires. De plus et suivant les prévisions (mais pas très fiable dans les faits puisque souvent orageux donc hasardeux) et suivant les données recueillies par la station Netatmo (avec le pluviomètre), le systeme gere la remise en route tout seul.
- Si on rentre en période forage bas (bien que nous ayons pratiquement toujours de l'eau mais des fois à moindre volume, ou en cas de restriction régionale), j'ai un mode éco qui permet de réduire la consommation d'eau et de gérer à l'optimum pour avoir le moins de dégât dans les plantations du jardin le tout en appuyant sur une seule touche. Avant lorsqu'il fallait réduire tout, cela me prenait deux heures.
-  Si réception, dans le jardin, on coupe tout en passant en mode réception et il reprend sa programmation lorsque l'on arrête le mode réception.
- Pour une serre, arrosage en fonction de l’hydrométrie, de la température intérieur et extérieur et des besoins, etc...
- Avec un compteur en sortie de forage, et en faisant un parallèle avec la programmation, j'arrive aussi à savoir si il y un problème de fuite/arroseur cassé) (je consomme plus que la normal lors de l’exécution d'un ou plusieurs programmes données) ou je consomme en dehors des programmations autorisées (genre une électrovanne qui se coince et ne s’arrête pas --> donc alerte).
- une gestion du débit de la pompe par rapport au programmation pour ne pas dépasser la capacité de débit des tuyaux et de la pompe (genre programmer les 70 secteurs en même temps) ou être en sous capacité (déclenchement fréquent de la pompe de forage).
- etc....

Et dans l'absolu, une extension de ce système ne me coûte aujourd'hui qu'une sortie Tor et une électrovanne 24V (hors coût tuyau/arroseur) mais surtout me fait gagner beaucoup de temps, permet un arrosage précis après avoir déterminé les besoins, et qui se gère de partout très facilement.
Bref un investissement que je ne regrette pas pour une économie substantiel et surtout un système que je maîtrise.

Maintenant sur un petit jardin, oui l’intérêt est plus limité car souvent le programmateur est à porté de main, si il y a une fuite, on le voit tout de suite, et modifié 5 à 10 de zone ne pose pas de problème de temps. Dans mon cas, l’intérêt est évident.

Il faut aussi savoir que cela demande une étude très précise de l'arrossage de chaque secteur, beaucoup d'observations et de petit ajustements. Mais une fois fait, il n'y avait plus qu'à laisser fonctionner.

De même, je ne dis pas que la programmation avec la box Lifedomus a été évidente mais cela s'est fait dans le temps avec des choses simples au départ (marche/arret) puis de plus en plus complexe (gestion par rapport à la température extérieur, à l'ensoleillement de la journée d'avant, pluie ou non, etc...) puis en dernier les choses absolument pas indispensables mais fun (comme traverser une zone et que le détecteur de mouvement coupe l’arrosage le temps de la traversée). Mon seul regret à l'heure actuelle, que le pluiviometre et l'anemometre avec le sens du vent ne soit pas KNX mais dépendent de la station NetAtmo. Mais si un jour je trouve, cela pourra se mettre en place facilement.

Voila un petit retour d'expérience.

Thierry

Bonjour,

Je déterre un coup se topic car je réflechis justement à la même chose. Je suis intéressé par comprendre comment tu as fais "parler" l'arrosage avec le KNX? C'est ces électrovannes 24V et l'actionneur TOR? Si tu peux m'en dire plus sur ton installation je suis intéressé (je débute dans le KNX) Smile

Merci beaucoup
Répondre
#11
(08/04/2019, 22:36:01)lee a écrit : Merci beaucoup

Bonjour,

Exactement électrovannes 24 V + actionnaire Tor (1 sortie par electrovanne).

Au départ c'est comme une étude de réseau d'arrossage classique (pression, capacité en eau, etc...) avec des vannes 24 V.

Faire attention à la concordance alimentation 24V et consommation électrique des électrovannes suivant le nombre d’électrovanne (donc de réseau) que tu verras marcher même temps.

De mémoire, une électrovanne consomme 0.72 amp en permanence le temps qu'elle est ouverte.

Après le reste n'est que de la gestion logique (par un module logique KNX (plus difficile) ou un superviseur (un peu plus facile)) et de croisement d'information avec d'autres modules (vent, ensoleillement, pluie, etc...). Donc facile à mettre en place et plus tu compliques ta logique, plus c'est compliqué.

Thierry
Répondre
#12
(09/04/2019, 21:10:42)Octhib a écrit :
(08/04/2019, 22:36:01)lee a écrit : Merci beaucoup

Bonjour,

Exactement électrovannes 24 V + actionnaire Tor (1 sortie par electrovanne).

Au départ c'est comme une étude de réseau d'arrossage classique (pression, capacité en eau, etc...) avec des vannes 24 V.

Faire attention à la concordance alimentation 24V et consommation électrique des électrovannes suivant le nombre d’électrovanne (donc de réseau) que tu verras marcher même temps.

De mémoire, une électrovanne consomme 0.72 amp en permanence le temps qu'elle est ouverte.

Après le reste n'est que de la gestion logique (par un module logique KNX (plus difficile) ou un superviseur (un peu plus facile)) et de croisement d'information avec d'autres modules (vent, ensoleillement, pluie, etc...). Donc facile à mettre en place et plus tu compliques ta logique, plus c'est compliqué.

Thierry

Bonsoir,

Merci beaucoup pour ta réponse. Je m'informe pour prévoir une installation future. Donc si j'ai bien compris pour faire une installation ultérieure, il faut prévoir l'électricité qui est relié au tableau central pour brancher les électrovannes aux actionneurs TOR?

Merci beaucoup
Répondre
#13
Bonsoir,

Dans ton tableau electrique, tu auras besoin d'y mettre les modules TOR de controle des electrovannes, une ou plusieurs alimentations suivant la puissance demandée (cf mon message précédent) et la protection electrique pour ton module KNX et ton (tes alim).

Attention, tu seras donc en 24 V (ne surtout pas prendre d'electrovanne en 9 v qui fonctionne par impulsion - 1 impulsion = marche, une autre = arret mais bien des 24V : alimenté = marche, non alimenté = arret). Souvent, et suivant les marques, tu ne peux connecter que la même tension sur l'ensemble du Tor (donc tu ne peux mélanger du 240 V et du 24 V). Donc ton TOR ne servira que pour de la très basse tension et non de la basse tension (240 v).

Pour l'alimentation : perso j'ai mis 2 alim 2 amperes pour 32 electrovannes (soit 32 circuits). Cela permet de faire marcher jusqu'à 6 reseaux en même temps ce qui est deja enorme.

Après il faut relier les modules TOR aux electrovannes par 2 fils. Perso j'utilise du 0.75 mm 2G sur plusieurs dizaines de metre sans problème. Si toute tes electrovannes sont aux même endroit, tu peux les alimenter par par un X fil (X = nbre d'electrovanne) + 1 commun. Le commun est relié par pont sur le module TOR. Deux modules TOR doivent avoir des communs différents.

Après, il ne te reste qu'à reflechir au mode de commande (automatique avec horloge, ou superviseur, ou bouton)
Répondre
#14
Ok je note pour la consommation des électrovannes. A ce titre je ne devrais pas en avoir beaucoup, mon jardin fait 170m2 donc ça devrait.

Pour le fil c'est un simple fil électrique alors? Top! Il va falloir que je regarde pour le placement des électrovannes pour les faire poser au bon endroit. Un branchement en série devrait suffire, ça fera déclencher l'arrosage tout en même temps mais ce n'est pas trop grave ça.

Le superviseur c'est quoi exactement? Est-ce que c'est ton système de pilotage central (Lifedomus par exemple) qui va prendre les informations météo et agir selon les conditions (par exemple pas d'arrosage s'il pleut)?
Automatique avec horloge c'est assez parlant, à tel heure l'arrosage se déclenche. Et le bouton, je veux éviter de devoir activer le système moi-même Big Grin

Je garde précieusement ce poste en marque-page Smile Merci pour tes informations c'est vraiment très utile. Très difficile de savoir exactement quoi faire sans avoir de l'expérience
Répondre
#15
Bonjour,

Pour les electrovannes, il te faut une electrovanne par reseau. Reseau qui peut avoir plusieurs aspergeurs. Après c'est une étude à faire entre la disposition du terrain, le debit et la pression disponible à la sortie du tuyau, le choix des aspergeur, etc...

Si tu ne maitrise pas, jette un coup d'oeil sur le site gardena, il explique assez bien l'étude d'un réseau.

Un superviseur est un ordinateur (qui peut être un pc, une machine virtuelle, un module dans sur un rail DIN, etc....) sur lequel tourne un programme qui fait plein de chose :
- Afficher les élements KNX et les commander (une sorte de super bouton au possibilité pratiquement infini dans une belle interface que tu peux afficher sur un écran, sur une tablette, sur un smartphone, etc.... Lifedomus est un exemple mais il en existe plein d'autres (exemple non exaustif : Domovea, Jeedom, EIb, etc....).
- Permet de faire des fonction logiques qui va entrainer une reaction d'un module KNX en fonction autres information (exemple : le capteur de pluie dit qu'il pleut alors ne mets pas en route l'arrossage jardin à 3H00 du matin).
- Et permet aussi de gerer des déclenchements suivant des plages horaires, de date, de mois, des compteurs, et plein d'autres choses.

D'ou l'importance de faire une étude pour domotiser une maison ou un appartement. Tu détermines tes besoins en détail (eclairage, chauffage, piscine, jardin, motorisation, etc....), tu étudie ce qu'il te faut pour y arriver (Reseau electrique, reseau eau, interface humaine, technique de la piscine, technique des arrosages de jardin, type de porte automatique, etc...) et une fois que tu as fait cela, tu calcules les besoins en materiels, les limitations due au budget (et oui cela à une importance). A la fin de cette étude, tu décides ce que tu fais tout de suite, ce que tu feras plus tard (pour pouvoir prédire le cablage), et ce que tu laisses tomber (cout disproportionné par rapport à l'utilité).

L'étude n'est pas évidente à faire car il faut avoir des connaissances dans différents secteurs, cela s'apprend mais cela prend du temps. ET quand on construit, le temps c'est ce qui manque car il faut aussi gerer le chantier. D'ou l'importance de s'y prendre bien en amont avant de commencer.
Répondre
#16
(11/04/2019, 05:36:44)lee a écrit : ...
Pour le fil c'est un simple fil électrique alors? Top! Il va falloir que je regarde pour le placement des électrovannes pour les faire poser au bon endroit. Un branchement en série devrait suffire, ça fera déclencher l'arrosage tout en même temps mais ce n'est pas trop grave ça.

....
Bonjour
il faut du câble dans un gaine et non juste des fils.
une série n'est pas utile ou alors une seule électrovanne et tout derrière mais pour ça il faut connaître pression, débit, type de plante, car besoin d'eau différent...
comme dit Ochtib il faut le faire calculer
un début
https://www.rainbird.fr/support/faq/conc...re-systeme
https://www.hunterindustries.com/fr/reso...ion-guides
https://www.hunterindustries.com/fr/outi...tionnement
Répondre
#17
(11/04/2019, 10:58:31)Octhib a écrit : Bonjour,

Pour les electrovannes, il te faut une electrovanne par reseau. Reseau qui peut avoir plusieurs aspergeurs. Après c'est une étude à faire entre la disposition du terrain, le debit et la pression disponible à la sortie du tuyau, le choix des aspergeur, etc...

Si tu ne maitrise pas, jette un coup d'oeil sur le site gardena, il explique assez bien l'étude d'un réseau.

Un superviseur est un ordinateur (qui peut être un pc, une machine virtuelle, un module dans sur un rail DIN, etc....) sur lequel tourne un programme qui fait plein de chose :
- Afficher les élements KNX et les commander (une sorte de super bouton au possibilité pratiquement infini dans une belle interface que tu peux afficher sur un écran, sur une tablette, sur un smartphone, etc.... Lifedomus est un exemple mais il en existe plein d'autres (exemple non exaustif : Domovea, Jeedom, EIb, etc....).
- Permet de faire des fonction logiques qui va entrainer une reaction d'un module KNX en fonction autres information (exemple : le capteur de pluie dit qu'il pleut alors ne mets pas en route l'arrossage jardin à 3H00 du matin).
- Et permet aussi de gerer des déclenchements suivant des plages horaires, de date, de mois, des compteurs, et plein d'autres choses.

D'ou l'importance de faire une étude pour domotiser une maison ou un appartement. Tu détermines tes besoins en détail (eclairage, chauffage, piscine, jardin, motorisation, etc....), tu étudie ce qu'il te faut pour y arriver (Reseau electrique, reseau eau, interface humaine, technique de la piscine, technique des arrosages de jardin, type de porte automatique, etc...) et une fois que tu as fait cela, tu calcules les besoins en materiels, les limitations due au budget (et oui cela à une importance). A la fin de cette étude, tu décides ce que tu fais tout de suite, ce que tu feras plus tard (pour pouvoir prédire le cablage), et ce que tu laisses tomber (cout disproportionné par rapport à l'utilité).

L'étude n'est pas évidente à faire car il faut avoir des connaissances dans différents secteurs, cela s'apprend mais cela prend du temps. ET quand on construit, le temps c'est ce qui manque car il faut aussi gerer le chantier. D'ou l'importance de s'y prendre bien en amont avant de commencer.

C'est exactement ce que je suis en train de faire:
  • je regarde actuellement quels sont les scénarios que je veux faire
  • je planifie les placements des différents éléments (lumière, interupteurs, prises, etc)
  • je regarde le matériel
Et effectivement c'est pour ça que je regarde pas mal d'information sur ce forum et pose des questions (probablement débile des fois^^).

Merci pour le lien, j'ai effectivement trouvé un bon exemple d'électrovannes :
[Image: ga220-0013.ashx]

et quand tu parles de réseau, je pense que tu veux dire que chaque tuyaux va être relié à un arroseur automatique?

Je vais contacter le jardinier qui a été désigné également je sens Big Grin

Je suis à 1000% d'accord avec toi, c'est vraiment pas évident à faire comme étude. Je panique un peu et stress à l'idée que je ne maîtrise vraiment pas tout

@Fabric24: oui je voulais dire avec la gaine ^^
Répondre
#18
1 reseau = plusieurs arroseurs (sur une partie du jardin de 4000 m2, j’ai 6 reseaux (donc 6 electrovannes) de 3 a 6 arrosseurs chacun ( soit un total de 26 arroseurs).
Répondre
#19
Ok je vois mieux, et du coup tu arrose pas tout en même temps. Bon mes surfaces seront bien plus petites, 170m2 Big Grin
Répondre
#20
Oui c'est surtout que tout déclencher en même temps, cela amène des problèmes de pression et de débit d'eau.

Chaque asperseur a ses propres caractéristiques (portées maxi à une pression donnée, volume d'eau utilisé, angle réglable ou non, etc....).

C'est pourquoi, suivant sur quoi tu branches ton arrivée d'eau (réseau de ville, forage ou autres), et suivant le type d’arroseur et les buses utilisées (angle, débit afin d'avoir un arrosage uniforme partout), tu dois faire une étude préalable suivant ton terrain et les éléments précédents, pour voir combien d’asperseur, combien tu peux en mettre par réseau et donc combien de réseau tu devras avoir.

Regarde sur les site Gardena, Rainbird ou assimilés, ils expliquent très bien la démarche à suivre pour l'étude (indépendamment de la domotisation de l'installation qui n'est qu'une automatisation des commandes).
Répondre
#21
Ok je vais regarder sur leurs site respectif pour voir ce qu'il faut faire au préalable. Je pense que j'ai encore un peu le temps pour ça, à partir du moment ou l'arrivée d'eau, électricité, KNX est en place (je pensais mettre tout ça dans un cabanon que j'ai prévu pour la piscine plus tard aussi), il faut ensuite creuser pour faire passer les trous je pense. Mais on va anticiper tout ça au mieux pour être sûr Big Grin
Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)